Liuzhou Forest City serait probablement l’exemple à suivre. Conscient de la dégradation de l’environnement, l’architecte Stefano Boeri a dessiné pour cette ville chinoise une ville qui comptera plus de de végétaux que d’humains. La construction est pour le moment en cours mais elle devrait s’achever en 2020.

En effet, la ville comptera environ 40 000 arbres et un million de plantes pour une population de 30 000 habitants. Le but étant de faire de Liuzhou, une ville autonome en énergie tant solaire que géothermique. Elle sera capable d’absorber chaque année 10 000 tonnes de CO2 et 57 tonnes de polluants pour produire 900 tonnes d’oxygène.

Conscients des enjeux environnementaux, les architectes tendent à concevoir des projets qui ont un impact réparateur sur la nature. Ce pourquoi, l’idée principale qui ressort de ce concept est de construire qui améliore la qualité de l’air et diminue la température extérieure.

Plus d’informations : http://sciencepost.fr/2017/06/chine-commence-construction-de-premiere-ville-forestiere-monde/